Plus de cent ans de musique
Mes meilleurs MP3
Claude Chiasson
Bienvenue
© Mise à jour le 7 septembre 2014

Action:GdM| Sub_Action:|
URL=/musique/Musique.php?action=GdM&cd=02.04|
Array ( )

Collection Les Génies de la musique, CD No 02: Ouvertures de prestige
Cliquez ici pour la liste des CDs

 Pièce 
Compositeur / Interprète
 Titre 
        Aucun guide d'écoute
Guide d'écoute
 
   01 MOZART
Ouverture des Noces de Figaro
Rarement opéra suivit d'aussi près 1'oeuvre théâtrale qui en était la source. Quelques mois à peine séparent en effet la première représentation publique à Paris du Mariage de Figaro ou La Folle Journée de Pierre Caron de Beaumarchais (avril 1784) et l'adaptation de Mozart. À l'origine, un constat d'échec malgré un bon accueil réservé à L'Enlèvement au sérail, le peu de succès en Autriche du Sing-spiel (sorte d'opéra-comique à l'allemande) a contraint L'Empereur Joseph II à fermer 1'Opéra-Allemand, annexe du Burgtheater de Vienne. Tout espoir de fonder enfin un théâtre musical national s'évanouit et force est de revenir aux modèles de l'opéra-bouffe italien. Mozart fait appel pour le livret à Lorenzo Da Pointe, aventurier talentueux avec qui il avait déjà travaillé à L'Oie du Caire, projet abandonné au début de cette même année 1784.
Le nouveau sujet est séduisant mais très scabreux : la pièce de Beaumarchais, jugée scandaleuse par les idées dangereusement égalitaires qui y sont affichées, a été interdite dans les États des Habsbourg, et il faut toute l'habileté de Da Pointe pour négocier avec les censeurs. En apparence édulcorée (la peinture des caractères y prend le pas sur la satire sociale), la version de Mozart est sans doute plus subversive et plus universelle, en fin de compte, par la manière dont la musique met en évidence l'ambiguïté des passions humaines et la fragilité des valeurs les mieux établies. L'ouvrage, créé le 1er mai 1786, fut très applaudi mais n'eut que 9 représentations avant de triompher à Prague l'hiver suivant.
Mozart a ici renoncé à l'introduction en trois mouvements du type symphonie, et l'ouverture des Noces de Figaro, qui s'enchaine directement au premier acte, laisse peu de place au développement des thèmes. II s'agit plutôt de citations des idées musicales les plus significatives de l'opéra, formule qui trouvera son accomplissement avec Cosi fan tutte et Don Giovanni. Jusqu'aux années 1820, l'opéra restera fidèle à ce modèle mozartien.
Mozart / Orchestre: Tonhalle de Zurich, Direction: Josef Krips
 Ouverture des Noces de Figaro
   02 WEBER
Ouverture d'Oberon>
C'est le Covent Garden de Londres qui avait commandé à Weber cet Oberon, fantaisie féerique adaptée d'une épopée en vers de l'écrivain romantique allemand Christoph Wieland, qui s'était lui-même inspiré en partie d'une chanson de geste française du XIIIe siècle, Huon de Bordeaux. Le compositeur y avait en outre intégré des éléments shakespeariens, tirés de La Tempête et du Songe d'une nuit d'été. Attristé par l'échec de son opéra Euryanth (1823), très gravement malade, Weber n'hésite point cependant à traverser la Manche, obsédé par la volonté de subvenir aux besoins de sa famille. La première d'Oberon, le 12 avril 1826, fut un succès réconfortant. Hélas, cette entreprise, ainsi que les nombreux concerts donnés en Angleterre, usèrent les dernière forces du compositeur, qui s'éteignit le 4 juillet sans avoir pu revoir sa patrie.
De même que dans le Freischütz et Euryanthe, l'ouverture d'Oberon, fréquemment jouée en concert, offre, sous une forme de sonate, un saisissant concentré de l'opéra. À l'opposé de la conception italienne qui transforme l'ouverture en un simple pot-pourri, Weber a voulu en faire une pièce suffisamment forte pour exister par elle-même, en même temps qu'une transposition purement musicale des tensions dramatiques. Des les premières mesures, le cor suggère le climat de magie qui baigne cette oeuvre exquisement raffinée.
Weber / Orchestre: de la Sudwestfunk Baden-Baden, Direction: Carl Schuricht
 Ouverture d'Oberon
   03 ROSSINI
Ouverture du Barbier de Séville
La première du Barbier de Séville à l'Argentin de Rome, le 20 février 1816, fut houleuse, le compositeur ayant affaire à une forte cabale menée par les partisans du vieux Paisiello, qui avait le premier, trois ans auparavant, écrit un opéra d'après la pièce de Beaumarchais. 0n accusait par conséquent Rossini de plagiat sans vouloir entendre les innovations de musique. Les sifflets et les huées, ce soir-là l'emportaient sur les bravos. Le jeune maestro ne se démonta pas, et il eut raison : À la deuxième représentation, mon Barbier, qui avait un excellent rasoir, rasa si bien la barbe des Romains que je fus porté en triomphe. Il est vrai qu'entre-temps il avait procédé en toute hâte à des remaniements. II avait notamment supprime l'ouverture dans le goût espagnol pour la remplacer par la symphonie d'ouverture d'Aureliano in Palmira (un opéra seria créé à la Scala en 1813), déjà réutilisée sans vergogne dans Elisabetta Regina d'Inghilterra, ouvrage présenté au San Carlo de Naples en octobre 1815... Mais c'étaient là moeurs courantes, à l'époque, dans cette Italie morcelée en royaumes et en principautés. Rossini pensa à juste raison que les Romains n'en sauraient rien. Toujours est-il que l'ouverture initiale du Barbier de Séville disparut mystérieusement entre la première et la deuxième soirée, et quelle est aujourd'hui perdue.
Rossini / Orchestre: Symphonique de Radio Genève, Direction: Gianfranco Rivoli
 Ouverture du Barbier de Séville
   04 BERLIOZ
Le Carnaval romain
Cette pièce fut composée en 1843, lors d'un périple allemand qui représenta une heureuse et apaisante étape dans la vie du musicien, lui permettant d'échapper à l'enfer d'un ménage malheureux. Incompris en France, Berlioz se vit reconnu par des musiciens allemands tels que Mendelssohn et Schumann. A Dresde, il rencontra aussi Wagner, qui lui témoigna une admiration respectueuse et se mit à sa disposition pour les répétitions de la Symphonie fantastique. Ces heureuses circonstances ne sont certainement pas étrangères au climat d'allégresse du Carnaval romain.
Cette typique ouverture de concert est une réminiscence de l'Italie : Berlioz, Prix de Rome, y séjourna en 1831 et 1832, et y conçut l'idée de son Benvenuto Cellini. Si cet opéra, présenté en 1838, fut un cuisant échec, Le Carnaval romain, qui en reprend différents thèmes, en particulier le brillant finale du deuxième acte, fut vivement applaudi lors de sa création parisienne en 1844.
Berlioz / Orchestre: Philarmonique d'Amsterdam, Direction: Walter Goehr
 Ouverture du Canaval romain
   05 BIZET
Ouverture de Carmen
On connaît la boutade de Bizet à propos de Carmen: une opérette qui finit mal... Lors de la création, cette fin choqua le public bourgeois parisien, peu habitué à voir les passions s'exprimer sous une lumière si crue et avec autant de vérité. Le traditionnel opéra comique, dépouillé de ses conventions et de ses artifices, accédait à une vie et à une force que nul n'avait encore imaginées par la seule puissance d'évocation d'une musique portant littéralement les personnages. Ce n'est nullement un hasard si les véristes italiens, soucieux d'authenticité, admiraient tant Carmen. Puccini, si différent de Bizet par le tempérament, y prit des leçons d'efficacité dramatique.
Cette conclusion tragique est contenue déjà dans l'ouverture où le thème du toréador se superpose aux rythmes joyeux et entrainants, tandis que le thème du destin tisse une ombre fatale autour de l'héroïne.
Bizet / Orchestre: des Concerts de Paris, Direction: Pierre-Michel Le Conte
 Ouverture de Carmen
   06 VERDI
Ouverture de Nabucco
Troisième opéra de Verdi, Nabucco (1842) est un coup de maitre après deux coups d'essai. A tel point qu'on le considère souvent comme son premier véritable ouvrage. Ce fut en tout cas celui qui rendit du jour an lendemain son nom célèbre dans toute l'Italie enfiévrée par le Risorgimento. Sans la moindre hésitation, les patriotes (et ils étaient nombreux à la Scala) établirent un parallèle entre les plaintes du peuple hébreu retenu en captivité à Babylone et les revendications des Italiens soumis à la tutelle autrichienne...
De facture tout à fait classique, l'ouverture de Nabucco présente les principaux thèmes qui reviendront au cours des quatre actes. En particulier ceux des chars, dont Verdi fait un emploi novateur sur le plan dramatique, les associant à l'action. Le plus fameux, Va pensiero sull' ali dorate, sera entonné par la foule lors des funérailles du compositeur.
Verdi / Orchestre: Opéra de Vienne, Direction: Nello Santi
 Ouverture de Nabucco
   07 SUPPE
Ouverture de Cavalerie légère
Cette opérette viennoise de 1866 connut en son temps un fort honorable succès, mais on aurait depuis longtemps oublié jusqu'à son existence sans son ouverture, morceau de bravoure quasi obligatoire pour fanfares et harmonies, souvent massacré par des amateurs et dont des arrangements ont été écrits pour à peu près tous les instruments et les formations imaginables, y compris la guitare.
Le morceau, ii faut le reconnaître, ne manque pas de brio avec ses fanfares éclatantes, et il a été abondamment utilisé comme accompagnement sonore par la radio et le cinéma (on en a tiré des effets irrésistibles pour accompagner les poursuites endiablées dans les dessins animés). On imagine un rutilant défilé militaire, applaudi par des belles en crinolines, dans cette Vienne insouciante et frivole qui trouvait son bonheur dans les opérettes.
Suppé / Orchestre: Opéra de Vienne, Direction: Walter Goehr
 Ouverture de Cavalerie légère
   08 NICOLAÏ
Ouverture des Joyeuses Commères de Windsor
Falstaff est le truculent héros de cet opéra adapté de la pièce homonyme de Shakespeare et qui, composé en 1847, ne fut créé à Berlin qu'en 1849, deux mois avant la mort de ce compositeur né en 1810 et trop peu connu en France. Sans doute cette oeuvre d'Otto Nicolaï n'atteint-elle pas à la grandeur tragique et bouffonne du chef-d'oeuvre de Verdi, mais on y trouve une veine mélodique, one fraîcheur et une verve comique qui se déploient dès l'ouverture. De quoi donner envie de découvrir l'ouvrage dans son entier.
Puisque l'on compare Nicolaï à Verdi, rappelons que c'est au premier que l'impresario milanais Bartolomeo Merelli avait passé commande de Nabucco, sujet historique tire d'un ballet à la mode. Le musicien allemand s'étant montré plutôt réticent, Merelli confia le livret à Verdi, qu'il souhaitait sauver du morne abattement consécutif à la mort de son épouse.
Nicolai / Orchestre: de la Sudwestfunk Baden-Baden, Directeur: Carl Schuricht
 Ouverture des Joyeuses Commères de Windsor
   09 FLOTOW
Ouverture de Martha
Encore un opéra que le public francais a trop rarement l'occasion d'entendre. Depuis sa création à Vienne, en 1847, Martha n'a jamais quitté le repertoire allemand, rencontrant toujours la même faveur. C'est pourtant en France que Friedrich von Flotow (1812-1883), fils d'un hobereau du Mecklembourg, a recu sa formation musicale. Il vécut longtemps à Paris, où sa naissance 1ui ouvrit les portes du noble faubourg Saint-Germain et où furent créées ses toutes premières oeuvres.
Influences françaises et italiennes confèrent une grande élégance à Martha, tiré d'un ballet-pantomime de Saint-Georges intitulé Lady Henriette ou La Servante de Greenwich. L'action se situe dans la verte campagne anglaise du XVIIIe siècle et l'ouverture nous plonge dans cette atmosphère agreste et riante. On y entend l'un des airs qui firent la célébrité de l'opéra. The last Rose of Summer, inspiré d'une chanson irlandaise traditionnelle.
Flotow / Orchestre: Opéra de Vienne, Directeur: Hans Swarowsky
 Ouverture de Martha
   10 OFFENBACH
Ouverture d'Orphée aux enfers
Diable d'homme que cet Offenbach qui grisa Paris avec sa musique irrévérencieuse si pétillante comme du champagne. II avait trop fait rire pour que la France ne lui reprochât pas ensuite ses malheurs. C'est tout juste si on ne le jugea pas responsable de la défaite de 1870, sous prétexte qu'il avait tourné en dérision les valeurs les plus sacrées.
Mais on est loin de ces considérations pessimistes en 1858. Le Tout-Paris se précipite au Bouffes-Parisiens, minuscule théâtre des Champs-Élysées, où l'on donne Orphée aux enfers, auquel le critique Jules Janin a fait une publicité inespérée en criant au sacrilège dans le très austère Journal des Débats. L'ouverture nous donne on avant-goût du cancan final rassemblant les dieux de l'Olympe et nous met en condition pour les désopilants anachronismes qui émaillent cette opérette.
Offenbach / Orchestre: Opéra de Monte Carlo, Direction: Reynald Glovaninetti
 Ouverture d'Orphée aux enfers
~©~ Tous droits réservés, 2013-2022 ~®~ Mise à jour le 2020-12-26